Les traumatismes de l’enfance

Les traumatismes de l’enfance

Les traumatismes de l’enfance peuvent ressurgir à tout moment. La plupart du temps, lorsque le sens qui a été choqué – souvent les yeux et les oreilles, rencontre à nouveau une couleur, un contexte, un son familiers. Cette rencontre du sens et de l’objet touché fait immédiatement ressurgir le mémoire. Les neurosciences démontrent que les circuits neuronaux se recréent immédiatement, frayant de nouveau un chemin au vécu qui a traumatisé. Et le patient craque alors soudainement, il pleure longtemps, sous le coup de l’émotion, qui vient de remonter à la surface. Les pleurs sont alors un puissant remède. Le patient revit le choc mais plus calmement, il ne l’enfouit plus, il en est conscient et peut guérir. Ce nouvel événement, à la différence du vécu, est libérateur.

Les traumatismes de l’enfance sont ignorés et enfouis dans la mémoire

Quand la conscience est claire au sujet des traumatismes de l’enfance, le chemin de la guérison est proche. Quand on ne dénie plus le choc mais l’observe calmement, il n’y a plus de traumatisme.

Les expériences traumatisantes de l’enfant prennent différentes formes dont les plus fréquentes sont le divorce des parents, l’humiliation verbale ou les maltraitances – même ponctuelles. Les pires causes sont l’abandon parental, l’abus sexuel. Avec l’aide d’un thérapeute, d’un guérisseur, les adultes peuvent aider l’enfant à raconter et empêcher l’arrivée des maladies psychologiques ou physiologiques, telles que l’immuno-dépression. Souvent, l’enfant ne se confie pas à l’adulte. Il les enfouit dans un recoin de la mémoire et cela s’aggrave. Plus le mal est mis en lumière tôt, plus il est plus aisé d’y remédier.

Mais malheureusement, beaucoup de temps s’écoule avant que l’adulte puisse mettre un nom sur son mal. Il n’est pas trop tard pour se libérer, heureusement.

Consulter un thérapeute est nécessaire pour nommer et identifier le choc

Pour remédier aux causes, la méthode de remédiation du guérisseur demande au patient de décrire ce qui se présente à la mémoire. Ceci s’avère particulièrement efficace et nécessaire, concernant les chocs émotionnels de l’enfance. Le guérisseur donne ainsi la parole à l’enfant, il réveille le secret du mal. Ensemble, ils ouvrent le chemin de la libération.

Face à ce qui était flou, ensemble, avec le patient, ils nomment le mal à l’origine du traumatisme. Quand le patient arrive à le revivre autrement, il ressent un mieux-être libérateur. Enfin, ce qui a été caché sous de multiples couches de mémoire et de circuits neuronaux, est nommé à la lumière. Le patient n’est pas seul, il est accompagné. Et des fois, quelques séances suffisent, la puissance libératrice des paroles exprimées a fait grandir l’enfant.